LazoGanadores de Champions LeagueOtro
Entrevista a Courtois

Courtois : "Mon rêve était de remporter la Ligue des Champions et je l'ai fait en étant décisif"

NEWS STORY. 21/10/2022

"C'est beau de recevoir cette récompense pour continuer à travailler dur et y croire", a-t-il déclaré à Realmadrid TV sur le Trophée Yachine.

Thibaut Courtois a été interviewé par Realmadrid TV après avoir reçu le Trophée Yachine à Paris. Le Belge a analysé en détail la saison durant laquelle il a remporté avec notre club la Ligue des Champions, la Liga et la Supercoupe d'Espagne : "La finale de la Decimocuarta a été un match avec plusieurs parades clés et presque impossibles. Ça a été l'un des beaux moments de la saison après tout ce travail et ces sacrifices. J'ai rassemblé en un match toute ma belle saison. Ça a été le meilleur match de Courtois au Real Madrid".

"Mon rêve était de gagner une Ligue des Champions et d'être aussi décisif et d'avoir ce MVP à la maison, tout cela est entré dans mon histoire et celle du club. La vie continue et commence une nouvelle saison, mais c'est quand je prendrais ma retraite que je me rendrais compte de ce que j'ai fait ce jour-là".

Le meilleur gardien du monde
"C'est sympa de l'entendre comme ça, de manière officielle. Je joue au Real Madrid et il n'y a que les meilleurs qui jouent ici. Au final, je dois aider mon équipe à gagner des trophées et quand on le fait, on sait que l'on peut réussir à être le meilleur. Cette récompense est très belle, mais elle n'arrive que lorsque l'équipe remporte des titres. C'est une belle chose de le voir tous les jours pour continuer à travailler dur, en ajouter d'autres et continuer à progresser".

Le penalty arrêté au Parc des Princes
"Nous savions que ça allait être un match difficile. Ils avaient beaucoup pressé durant la première période et j'avais déjà fait quelques parades. En seconde mi-temps, au début, j'en ai fait d'autres. J'avais de très bonnes sensations et je voulais garder ma cage inviolée. Quand le penalty a été sifflé et que je vois Messi s'avancer, j'ai regardé Llopis et j'ai pensé à ce que nous avions parlé avant le match. Il a tiré du même côté que je pensais et j'ai arrêté le ballon. Ça a été une parade importante car elle nous a permis de continuer à presser le PSG et, au final, nous avons eu un bon résultat avant le retour au Bernabéu".

La parade face à Azpilicueta à Stamford Bridge
"À ce moment là, nous étions devant 1-3 et Chelsea poussait. Quand je vois qu'il s'apprête à tirer, je fais un petit pas sur la gauche et ensuite j'utilise mon grand corps pour faire la parade. Ces petits pas sont esthétiquement très beaux. Ce ballon allait dans la lucarne et c'est gratifiant de pouvoir l'arrêter et aider à ce que le résultat reste à 1-3 avant le retour. Ensuite, nous passons grâce à ce résultat et on comprend que ces parades ont été importantes".

Le retour face à Chelsea au Bernabéu
"Ça a été un jour compliqué car Chelsea a été très efficace face au but. Nous sommes restés calmes et nous ne sommes pas devenus fous. La parade sur le corner a été très importante et nous a permis de rester en vie. Ensuite, le talent de Modrić est apparu pour délivrer cette passe et que Rodrygo la convertisse. Nous avons une équipe dans laquelle se mélange l'expérience et la jeunesse. Chacun sait comment gérer le match jusqu'à la dernière minute et cela s'est vu tout au long de la saison".

La double confrontation face à Manchester City
"Dès la première minute, je fais une belle parade sur Bernardo Silva. Ça a été une rencontre chargée en adrénaline, d'émotions, de belles parades et d'envie de gagner et de tout donner jusqu'à la dernière seconde. Par exemple, la parade sur Grealish avec le pied, c'est quelque chose à laquelle je m'entraînais. On ne sait jamais si cela va se passer, mais c'est arrivé. Durant ces jours avant le match, on s'entraîne bien et on sent que l'on est en bonne forme".

"Le public n'a jamais arrêté de nous soutenir, même à 0-1. Au moment où Rodrygo marque le premier but et ensuite on apprend qu'il reste six minutes... C'est difficile à expliquer, mais les gens qui étaient au stade savent de quoi je parle. Quand nous avons atteint la prolongation, j'ai senti que c'était notre jour avec le public".

Les clés de la Liga
"Le match face à Séville a été décisif car si Séville s'imposait, aussi bien eux que Barcelone pouvaient se rapprocher. Dans ce match, on a vu l'identité de cette équipe et la tranquillité. Après une première période difficile, où nous perdions 2-0, nous avons pu revenir et remporter le match. Ce match ne nous a pas seulement permis de remporter la Liga, mais il nous a donné la confiance qui nous manquait pour la Ligue des Champions et réussir ces remontadas".

Ses parades en Liga
"Il y a eu beaucoup de belles parades, mais je me rappelle de celle face à l'Atlético à domicile, j'ai arrêté le ballon avec mon visage, mais aussi à Séville, où j'en ai réalisé plusieurs, contre l'Athletic à domicile, alors que le score était serré, la double parade contre le Rayo et juste après nous avons ouvert le score... C'est difficile d'en sortir une. Je me souviens également face à Villarreal, sur une frappe de Danjuma sur la gauche. On a pu voir que j'étais grand, mais que j'allais vite au sol".

Sa série sans recevoir de but
"Cette série a été importante et elle démontre surtout que c'est très difficile de nous mettre un but. Si en plus on a des attaquants comme Karim, Vini Jr., Rodrygo... On met beaucoup de buts et on sait que l'adversaire aura du mal à en mettre. C'est très compliqué pour un adversaire. Comme gardien, cela donne plus de confiance et on pense que personne ne va nous mettre un but. C'est important de se sentir comme ça. Ce passage a été important, mais ça n'a pas été le meilleur de la saison, qui est arrivé plus tard".

L'exigence du Real Madrid
"Au début, ça peut être plus difficile ici en raison de la grande pression, la moindre petite action est analysée sous tous les angles. Chaque match du Real Madrid se voit dans le monde entier et comme gardien il faut être fort mentalement car parfois il suffit d'une parade pour faire gagner ton équipe. Au final, il faut rester concentré durant 90 minutes pour que ce moment arrive et que l'on apparaisse. Comme gardien, c'est marrant de voir qu'ils arrivent une fois, que l'on fait une parade importante et que son équipe finit par l'emporter. Cela te permet de te sentir très bien comme gardien".

Son agilité dans les cages
"D'un côté, c'est génétique. Mes parents jouaient au volleyball et j'ai toujours aimé le pratiquer. Ensuite, il y a forcément les entraînements. Ton corps doit rester souple et avoir la plus grande flexibilité pour aller vite au sol. En mesurant deux mètres, si on va rapidement au sol comme un gardien plus petit, on gagner 10 ou 15 centimètres pour arrêter un ballon. C'est l'une de mes qualités".

Le soutien de la famille
"Mes parents sont très contents et fiers. Ils m'accompagnent depuis tout petit et c'est ce que j'enseigne à mon fils, qui est ici dans le centre de formation. Ils font l'effort de t'emmener, alors tu sais que tu dois travailler et te sacrifier. C'est un long chemin, avec beaucoup de hauts et de bas. Il y a des moins bons moments et ils souffrent avec toi. Eux, avec leur éducation, m'ont emmené jusqu'ici et c'est beau de partager ces moments avec eux".

Rechercher