LazoGanadores de Champions LeagueOtro
Entrevista a Karim Benzema

Benzema : "Ça a été la meilleure saison de ma vie"

NEWS STORY. 20/10/2022

"Avec le Ballon d'Or, j'ai réalisé les trois rêves que j'avais quand j'étais petit", a déclaré le capitaine après avoir été sacré à Paris.

Karim Benzema a répondu aux médias officiels du club après avoir remporté le Ballon d'Or lundi dernier à Paris. Le capitaine du Real Madrid s'est montré très heureux d'avoir réalisé ce rêve : "Ça a été ma meilleure saison car au final j'ai le Ballon d'Or. J'en rêvais depuis petit. Ça a été la meilleure saison de ma vie".

"J'ai réalisé les trois rêves que j'avais dans ma vie : acheter une maison à ma mère, signer au Real Madrid car c'est le meilleur club du monde et le troisième est le Ballon d'Or. Je suis très fier de mon travail".

Cinq Ligues des Champions avec le Real Madrid
"Cela fait partie de l'histoire car nous savons à quel point c'est difficile d'arriver en finale. Je ne dis pas de la gagner, mais d'y arriver. Gagner une Ligue des Champions est très compliqué, mais cinq, cela est historique. Le Real Madrid est un club historique et c'est pour cela que c'est le meilleur. Le Real va toujours gagner".

Ses idoles Zidane et Ronaldo
"Je ne suis pas devant Zizou et Ronaldo, nous sommes différents. Ce sont des modèles et je ne peux pas faire ce qu'ils faisaient sur le terrain, mais ils m'aident à tenter de le faire. Je ne vais jamais être au niveau des deux. Ils ont remporté le Ballon d'Or et je viens de le faire. Mais c'est compliqué d'atteindre ce niveau".

Sa manière de jouer au football
"C'est un peu de tout. Quand j'étais petit, je jouais avec des personnes plus grandes et tout devait aller plus vite dans ma tête. Je devais bouger plus rapidement, tirer plus rapidement... Cela m'aide encore maintenant. Mon jeu d'aujourd'hui est à une touche. Je sais ce que je vais faire quand le ballon arrive".

Le rôle d'Ancelotti
"Je connais Ancelotti. C'est un grand entraîneur et il me donne beaucoup de confiance. Il me laisse jouer au football. Il me demande toujours cela pour gagner et faire la différence, mais sans me mettre de pression. Je me souviens d'un jour dans son bureau, il me demandait combien de buts j'allais mettre. J'ai répondu et il m'a dit : 'Je crois que tu peux mettre 50 buts'. Comme je suis très confiant, déterminé et ambitieux, je lui ai dit ok. C'est un entraîneur qui me donne beaucoup de confiance et me laisse faire ce que je veux sur le terrain".

L'ambiance dans le vestiaire
"C'est une famille. Jeunes et vétérans, nous sommes égaux. Tout le monde écoute tout le monde. Les gens qui commencent sur le banc ou ceux qui sont sur le terrain, tout le monde est prêt pour jouer. C'est pour cela que l'an dernier a été beau pour nous".

Les objectifs de la saison
"Je commence à me dire que cette année sera très bonne. Pas mon année dans le sens où je vais mettre tant de buts ou ce genre de choses. Mais je trouve l'équipe et l'entraîneur motivés. Cela pousse l'équipe, nous pouvons faire des choses".

Sa blessure avant le PSG
"C'était le moment de laisser le football et les coéquipiers. Chaque match est difficile et nous connaissons l'importance de chacun d'entre eux. J'avais peu de doutes, mais j'avais besoin de me reposer. J'ai ensuite tout donné pour revernir rapidement car les matchs importants étaient sur le point d'arriver, comme celui de Paris. J'ai beaucoup travaillé pour arriver avec mon équipe à Paris".

Son meilleur moment de la saison
"À mon retour contre le PSG, j'étais à 100%, mais il me manquait des choses sur le terrain, comme à toute l'équipe. Après ce match, je me suis dit que nous devions être plus forts. À partir de là, nous avons commencé à marquer des buts et à écrire l'histoire. Le triplé contre le PSG est un jour dont je me rappellerai car nous avons gagné avec une remontada dans une nuit magique au Bernabéu".

La remontada contre le PSG
"J'ai apprécié le moment. Je ne peux pas raconter ce qui s'est passé dedans, mais je ne peux que dire que j'ai tout mis et que j'ai aidé mes coéquipiers. Ça a été difficile de le faire car j'ai marqué trois buts à une équipe qui pouvait remporter la Ligue des Champions".

La double confrontation face à Chelsea
"Contre Chelsea, j'ai aimé mon premier et second but. Également le troisième. Ce sont trois buts différents et très importants, mais si je devais en choisir un, je prendrais le premier vu l'action. Tout le monde touche le ballon, dans le mouvement et c'est un football que j'aime".

Son penalty en Panenka à l'Etihad
"Je devais le faire dans un match et tenter de faire autre chose. Je dois faire ce que je faisais quand j'étais petit. Faire des choses comme si je jouais avec mes amis. Nous sommes des professionnels, mais dans le football et sur le terrain, je joue comme je le faisais avec mes amis. Je l'ai fait car c'était un match très important et pour que le public le garde en tête. C'était le moment de le faire".

La chaleur du Santiago Bernabéu
"J'étais sur le terrain et le score était de 0-1 contre City. Et on voit que le public pousse plus que jamais. Nous avons alors commencé à croire que nous pouvions le faire. Quand on a son public qui pousse, on peut revenir. Après cela, nous avons continué, c'est ça le caractère du Real, il ne faut jamais baisser les bras. Après le 1-1, on a entendu qu'il y avait six minutes de temps additionnel et nous sommes partis en attaque pour gagner le match. Durant 90 minutes, nous étions presque éliminés, mais sur une action quelque chose s'est passée. Les émotions ont été incroyables car en deux minutes nous avons inscrit deux buts. Après cela, nous avons gagné le match".

La 35ème Liga
"La Liga est compliquée car il y a beaucoup de matchs. Ça a été difficile, mais au final nous avons gagné avec beaucoup de points d'avance. Pourquoi ? Car tous les matchs étaient une finale. J'aime mettre des buts et délivrer des passes décisives, mais quand la saison démarre je ne pense pas à être Pichichi. Je ne le vois pas comme ça, mais je suis très content car c'est un trophée important. Il y a beaucoup de matchs qui ont été importants. L'un d'eux a été celui contre Séville, car nous avons marqué à la dernière minute. Un autre également a été celui contre l'Atlético".

Rechercher