EmiratesAdidas
Entrevista Raúl

Raul, pour le 25° anniversaire de ses débuts: "Ça a été un moment unique, celui qui m'est le plus cher"

Voir galerieVoir vidéo

INFORMATION | 29/10/2019 | Javier Vázquez | PHOTOGRAPHE: Víctor Carretero

La légende madridista remémore sur Realmadrid.com ce 29 octobre 1994, jour où il a joué à La Romareda son premier match sous le maillot blanc.
Le 29 octobre 1994, à Saragosse, la légende de l'un des plus grands joueurs de l'histoire du Real Madrid commençait. Ce jour-là, à La Romareda, Raúl González Blanco débutait. Celui qui a défendu le maillot blanc durant 16 saisons a également remporté 3 Coupes d'Europe, 2 Coupes Intercontinentales, 1 Supercoupe d'Europe, 6 Liga et 4 Supercoupes d'Espagne sous ces couleurs. Raúl détient même le record du nombre de matchs avec le Real Madrid (741) et est le second meilleur buteur de son histoire, avec 323 réalisations.

Pour le 25° anniversaire de ses débuts avec le Real Madrid, et en posant sur la pelouse du stade Alfredo Di Stéfano avec le maillot qu'il portait ce jour-là à Saragosse, Raúl s'est confié à Realmadrid.com sur ses débuts et son parcours dans le club. Le '7' s'est remémoré ce 29 octobre 1994 en ces termes: "Ça a été un moment unique, celui qui m'est le plus cher car sans ce jour, je n'aurais pu avoir cette arrière dont je rêvais et qui a duré tant d'années. Tous mes rêves que j'avais de devenir joueur professionnel ont été rendus possibles ce jour-là".

Goles con historia: Raúl temporada 1994 - 1995
"Beaucoup de souvenirs me reviennent, où je vivais, que j'étais très jeune, presque un enfant, et le rêve que j'avais depuis tout petit d'être professionnel est devenu réalité en enfilant ce maillot ce 29 octobre à Saragosse. Quand je vois ce maillot, je me rappelle de beaucoup de choses que j'ai vécu plus jeune".

Les souvenirs de La Romareda
"Saragosse... Les choses sont bien faites, c'est là-bas que j'ai joué mon premier et mon dernier match. Lors du premier, j'ai eu beaucoup d'occasions et je n'ai marqué aucun but. Et pour mon dernier match sous le maillot du Real Madrid, alors que je venais de me blesser à la cheville sur une action avant le changement, j'ai couru jusqu'aux cages, Cristiano m'a servi et j'ai pu marquer ce dernier but. C'était dans ce stade aussi. Mon premier et mon dernier match sous le maillot du Real Madrid l'ont été à Saragosse. Je garde de bons souvenirs de cette ville et du stade de la Romareda".
"À 17 ans, on ne se rend pas compte de la responsabilité qu'est de jouer au Real Madrid. J'étais très jeune et ce qui me passionnait, c'était de jouer au football. Butragueño a été l'un des joueurs qui m'a le plus aidé. C'était sa dernière année au club, j'ai pu vivre ses adieux. Il a été un symbole pas seulement pour le Real Madrid mais pour tout le football espagnol. La seule chose que j'essayais de faire, c'était de profiter, de donner le meilleur de moi-même chaque jour, tenter de profiter de ce moment car je ne savais pas combien de temps il allait durer. Puis, peu à peu, j'ai commencé ma seconde saison, ma troisième...".

Le numéro '7'
"Pour ma première année, j'ai joué avec le numéro 17, c'était ce qui avait été décidé quand les maillots avec les noms et les numéros des joueurs ont été faits. Dans l'étape de Capello, à l'année 1996, j'avais le 7, c'était une responsabilité car il avait été porté par des symboles du Madridismo qui ont marqué la mémoire des Madridistas. C'était toujours une responsabilité, mais pas seulement de porter le 7, mais de défendre l'écusson du Real Madrid à chaque moment".

Raúl, synonyme de but
"Par chance, j'ai marqué beaucoup de buts, mais je me rappelle toujours du premier, tout comme je me souviens du 29 octobre, de mes débuts à Saragosse. Mon envie était de pouvoir jouer au Bernabéu et de marquer ce premier but, ce que j'ai fait contre l'Atlético de Madrid dans un derby. Ça a été merveilleux et incroyable, sur une passe de Laudrup. Je m'en rappelle comme si j'y étais, c'est comme si je le marquais à l'instant. Et ensuite, le but de la Coupe Intercontinentale, ou des finales de Ligue des Champions. Je suis sûr que d'autres ont permis à l'équipe de décrocher les trois points, ou d'être plus proche en Liga ou de gagner une Ligue des Champions. Par chance, j'ai pu aider l'équipe avec beaucoup de buts, mais le plus important est le chemin et que dans ce chemin j'ai beaucoup profité".
"Les statistiques sont là pour être battues. Je suis sûr qu'un jour viendra où quelqu'un battra ce record de matchs. Je me sens très heureux et fier de toutes les saisons où j'ai été au club, des matchs que j'ai joué, des titres que j'ai soulevé... J'aurais sûrement pu faire plus et nous aurions pu gagner plus, mais j'ai profité et, surtout, j'ai toujours donné mon maximum. J'ai toujours essayé d'aider mes coéquipiers, mes entraîneurs, le club, rendre heureux les supporters à chaque match qu'ils voyaient du Real Madrid, et c'est pour moi le plus important. J'ai grandi dans cette maison, j'y suis arrivé à 15 ans et, en plus du plan professionnel, le Real Madrid m'a tout donné sur un plan personnel. À ma famille, à mes parents, j'y ai ensuite créé une famille et mes fils vivent chaque match du Real avec passion. C'est un sentiment réciproque que nous sentons, tant dans le sens du club avec Raúl, que de Raúl avec le club".
Rechercher