1. Close
    Live the match in Santiago Bernabéu
    Real MadridReal Madrid
    vs
    GranadaGranada
    Information sur le match
    La Liga, Journée 17
    Santiago Bernabéu
    2017/01/07
    13:00

    Partager

    Next

    La Liga13:00Real MadridvsGranada

    Antérieur
  2. Close
    Live the match in Barclaycard Center
    Real MadridReal Madrid
    vs
    Rio Natura Monbus ObradoiroRio Natura Monbus Obradoiro
    • ENTRÉES depuis 15€
    • Entradas Vip  depuis 100€
    BILLETTERIE
    Information sur le match
    Liga Endesa, Journée 13
    Barclaycard Center
    18-12-2016
    12:30

    Partager

    Next

    Liga Endesa12:30Real MadridvsRio Natura Monbus Obradoiro

    Antérieur

Sélectionnez la plateforme désirée pour acheter vos entrées

  1. Sevillano soulève la première Coupe d’Europe
  2. Luyk, le meilleur pivot de son époque
  3. Emiliano, collectionneur de titres

1961-1970

Avec le soutien institutionnel garantit par Saporta et l’intelligence de Ferrandiz, le Real Madrid a formé une équipe légendaire. C’était la décennie des Emiliano, Luyk, Sevillano et Brabender. Avec eux, le Real Madrid a dominé l’Espagne et a escaladé le continent européen jusqu’à conquérir sa première Coupe d’Europe en 1964. Après celle là, un authentique torrent de succès.

Le Real Madrid a été la première équipe d’Europe occidentale à atteindre une finale continentale. Il perdit celle 1962 face au Dinamo de Tbilissi, et celle de 1963 face au CSKA Moscou. Jusque là, les équipes du bloc soviétique dominaient le panorama international, mais en 1964, elles se sont retirées de la compétition pour préparer les Jeux Olympiques de Tokyo.
 
Le Real pour sa part se retrouvait pour sa troisième finale de Coupe d’Europe consécutive, contre le Spartak de Brno. Avec Ferrandiz à la tête de la direction de la section, Joaquin Hernandez était l’entraîneur de l’équipe. Emiliano, Luyk et Bob Alegre ont atteint un excellent niveau. Le Madrid remportait de 20 points le match au Fiesta Alegre (il avait perdu de 11 points à l’aller), et inscrivait son nom sur le palmarès du tournoi qu’il avait aidé à fonder.
 
Un an plus tard, avec les Soviétiques de nouveau dans la compétition, le Real ratifiait sa condition de meilleur club du continent. Lors de la finale face au puissant CSKA de Moscou, les nouvelles performances colossales d’Emiliano et Luyk ont emmené l’équipe merengue au titre. La section de basket n’abandonnerait plus sa position privilégiée durant les décennies 60 et 70.

1961 - 1970
  1. La première Coupe d’Europe

    L’effectif pose avec la Coupe d’Europe de 1964. Son entraîneur, Joaquin Hernandez (Ferrandiz occupait la direction sportive), mourut quelques mois plus tard des suites d’une maladie.

  2. Tripple couronne

    Santiago Bernabéu célèbre avec l’équipe la seconde Coupe d’Europe consécutive (1965). Cette saison, le Real Madrid a remporté la Liga, la Coupe et la Coupe d’Europe.

  3. Quatre Coupes d’Europe en cinq saisons

    Aiken, Emiliano, Luyk et Brabender ont conquis la quatrième Coupe d’Europe à Lyon face au Spartak Brno (1968).

  4. La meilleur équipe d’Europe

    L’effectif du Real Madrid et Pedro Ferrandiz posent au gymnase de la Ciudad Deportiva avec leurs quatre premiers titres européens.

Les voyages de Ferrándiz

Pedro Ferrandiz a voyagé à plusieurs reprises aux Etats-Unis à la recherche de joueurs qui pourraient amener un plus de qualité dans l’équipe. Il a ramené le premier grand Américain qui vient en Europe, Wayne Hightower. Le pivot jouait avec les Harlem Globetrotters et attendait la permission d’intégrer la NBA, mais Ferrandiz s’est rendu dans son Philadelphie natale et l’a convaincu de venir en Espagne. Hightower n’est resté qu’une saison (1961-62), mais il y fut le meilleur marqueur de la Ligue Nationale et aida le Real à atteindre sa première finale de Coupe d’Europe. Ses voyages suivants étaient encore plus fructueux. Dans ces voyages sur les terres américaines, Ferrandiz, grâce à ses dons de persuasion, il signait les transferts historiques du club comme ceux de Clifford Luyk (1962), Wayne Brabender (1967) et Walter Szczerbiak (1973), entre autres.

Les voyages de Ferrándiz

En avance du règlement

Pedro Ferrandiz a démontré qu’il était toujours en avance. Un exemple. Au match aller des huitièmes de finale de la Coupe d’Europe de 1962, le Real Madrid était assez diminué à la fin de son match contre Varese. A quelques secondes de la fin, avec le tableau d’affichage à égalité, et en imaginant que des prolongations seraient néfastes pour leurs intérêts, Ferrandiz ordonnait à son joueur Lorenzo Alocen de mettre un panier dans son propre cercle. Le Real perdait le match, mais pour seulement deux points, une différence qu’il allait facilement remonter au Fiesta Alegre. Après cette action, la FIBA s’est vue obliger de changer le règlement.

En avance du règlement

Un nouvel foyer, un nouveau tournoi

Le 6 janvier 1966, le Real Madrid inaugurait le gymnase de basket de la Ciudad Deportiva. Avec une capacité doublée par rapport au Fiesta Alegre, c’était la première salle à la propriété de la section. Pour la célébrer, Raimundo Saporta a pensé à un tournoi international avec l’Ignis Varese italien, les Corinthians brésiliens et le Jamaco Saint de Chicago. Initialement, il se nommait la Coupe Intercontinentale. C’était le prédécesseur du Tournoi de Noël organisé par le club jusqu’en 2004. Pendant près de quatre décennies, les meilleures équipes du monde se sont réunies dans la capitale à chaque fin d’année afin de se mesurer au Real Madrid. Ce tournoi est devenu une tradition qui a augmenté le prestige de l’entité et a fomenté les progrès du basket en Espagne.

Poker de titres contre pronostic

La Coupe d’Europe avait commencé à se jouer en match unique. En 1967, le Real Madrid avait obtenu l’organisation du tournoi final, un grand avantage. L’équipe merengue remportait à domicile face au Simmenthal de Milan son troisième titre contintental en quatre ans. En 1968, répéter un tel succès semblait très difficile. Le Real revenait en finale, mais avec un Carlos Sevillano gravement blessé et un Emiliano diminué par un problème au dos. Le Spartak Brno était favori, mais l’équipe entraînée par Ferrandiz retrouvait le chemin de la victoire. Des onze éditions disputées jusque là, le Real Madrid en avait remporté quatre. De vrais dominateurs du continent.

Poker de titres contre pronostic
PALMARÈS
Coupes d'Europe - 4

Coupes d'Europe

4
Ligas - 9

Ligas

9
Copas de España - 6

Copas de España

6
Tournoi de Noël - 4

Tournoi de Noël

4
Buscar