1. Close
    Live the match in Santiago Bernabéu
    Real MadridReal Madrid
    vs
    MálagaMálaga
    • ENTRÉES depuis 40€
    • Entradas Vip  depuis 250€
    BILLETTERIE
    Information sur le match
    La Liga, Journée 19
    Santiago Bernabéu
    21-01-2017
    16:15

    Partager

    Next

    La Liga16:15Real MadridvsMálaga

    Antérieur
  2. Close
    Live the match in WiZink Center
    Real MadridReal Madrid
    vs
    Valencia BasketValencia Basket
    • ENTRÉES depuis 15€
    • Entradas Vip  depuis 100€
    BILLETTERIE
    Information sur le match
    Liga Endesa, Journée 18
    WiZink Center
    22-01-2017
    18:30

    Partager

    Next

    Liga Endesa18:30Real MadridvsValencia Basket

    Antérieur

Sélectionnez la plateforme désirée pour acheter vos entrées

Antonio Santos Peralba

1940 · 1943
Lieu de naissance
Gondomar (Pontevedra)
Année de naissance
01/11/1885

Il fut chargé de diriger le Real Madrid dans la première période de l'après-guerre. Le pays vivait alors des moments difficiles, avec des libertés politiques, sportives et économiques restreintes. Sa tâche n'était pas aisée. Il devait reconstruire les fondations du futur meilleur club du monde.
 
Lorsqu'il arriva à la tête du club, l'équipe n'était pas encore composée de joueurs de qualité. Les grands joueurs de 1936 n'étaient plus dans le groupe. Certains avaient décidé de raccrocher les crampons, ou y songeaient fortement, d'autres avaient fui le pays.
 
Pendant trois ans, Antonio Santos a donné de la stabilité au club, mais en 1943, il est contraint de céder sa place. Cet évènement survient à la suite de la violente demi-finale de la Copa del Generalísimo, entre le Real Madrid et Barcelone. Les affrontements ont commencé lors du match aller, organisé à Les Corts. Là-bas, les Madrilènes perdirent 3-0. Mais lors du match retour, le club de la capitale remporta un match historique, gagné 11-1. 
 
L'ambiance hostile entre les deux clubs rivaux força les autorités sportives et politiques à demander la démission des deux présidents. Antonio Santos et Enrique Piñeyro finirent par démissionner. Et c'est avec la sérénité qui le caractérise que le dirigeant galicien passa le flambeau à Santiago Bernabéu. 

Buscar